logotype

Je suis tombée…

et je suis retombée une seconde fois, une 3ème fois, une 4ème fois… .

Toute crispée à l’idée de me recasser la figure, mes yeux se sont fixés sur ma pierre d’achoppement, autrement dit sur ce qui me faisait perdre l’équilibre et je dois dire que cela ne m’a pas aidé, non pas du tout. Au contraire, je suis tombée et retombée. Oui, j’ai de nouveau péché ! Pas un « trop gros péché » je vous rassure, mais quand même… .

Je sais bien que Dieu me pardonne mais comment m’en sortir. Je sais tellement bien que Dieu pardonne et re-pardonne à l’infini mais comment ne plus pécher quand une partie de vous restée fragile et vulnérable tombe à chaque fois dans le même panneau. L’esprit est fort mais la chair est faible. Ce verset nous rappelle tristement cette réalité.

J’ai commencé alors à gentiment mais sûrement perdre confiance en moi-même; un cuisant sentiment d’échec a pris place en moi avec une idée pas très glorieuse : Tant qu’à faire, pourquoi donc essayer de me relever une fois de plus si c’est pour de nouveau tomber juste après.

Cette pensée ne vous a-t-elle jamais effleuré l’esprit ? Si non tant mieux ! Si oui, voici une image qui m’a aidée à sortir de cette impasse. Parfois, on a beau connaître la bible et savoir que,  les petits flashs du ciel sont toujours les bienvenus. Comment s’y prendre donc dans ces batailles que nous menons contre notre vieille nature. Comment vivre non selon la chair mais selon l’esprit ?

Comment un enfant apprend-il à marcher ? Pense-t-il à ses jambes encore flageolantes quand il fait ses premiers pas ? D’où lui vient cette ténacité à se relever à chaque fois ? N’est-ce pas son aspiration à découvrir de nouveaux horizons, à marcher comme les grands, voire à courir très vite comme les super grands. Oui, le but en vaut la chandelle !

Et les parents : Ne vont-ils pas tout faire pour l’encourager sans cesse, que ces soit par leurs regards bienveillants ou par des paroles stimulantes ? S’il tombe, vont-ils le « laisser tomber » ? Non !

Ne fixe pas tes regards sur ce qui te fait perdre pied, regarde à celui qui est capable de te consolider, te rendre fort et plus que vainqueur. Fixe tes regards sur Jésus. Et n’aie pas honte de lui demander son aide, de lui demander toute sa lumière sur les zones d’ombres de ton être, là où tu as peut-être l’impression de n’avoir encore aucune prise. Fixe tes regards sur ton Père qui t’aime !

Jésus a vaincu tous tes ennemis, y compris ton vieux moi. Il a été crucifié à la croix. C’est sûr qu’il cherchera toujours à pointer le bout de son nez, ceci jusqu’au bout de ton parcours. C’est une réalité mais n’en sois pas effrayé. Regarde plus loin, regarde au but : Tu n’as pas été choisi pour vivoter et te traîner dans l’existence, mais pour vivre une vie riche, bénie, pleine de sens et de défis.

...  et en vue d’un but plus grand encore : La vie Eternelle… ça en vaut plus que la chandelle !

… et quelle joie de constater que cette fois-ci, là où j’étais toujours tombée, je suis debout et bien debout !!

N'aie pas peur, petit troupeau ! Car il a plu à votre Père de vous donner le Royaume (Luc 12 verset 32)

Redressez donc vos mains fatiguées, affermissez vos genoux chancelants ! Engagez vos pas sur des sentiers bien droits, afin que le pied boiteux ne se démette pas, mais qu'il guérisse plutôt (Hébreux 12 verset 12)

 

NB : Savez-vous d'où vient l'expression "ça en vaut la chandelle ou le jeu en vaut la chandelle" ?

Dans un jeu ou un pari, il est parfois bon de mesurer les risques, de savoir si "le jeu en vaut la chandelle". L’origine de cette expression remonte au XVIe siècle, à l’époque où l’électricité n’existait pas encore. Les joueurs de cartes ou de dés devaient alors s’éclairer à la chandelle lors de leurs parties nocturnes, ce qui revenait très cher. C’était donc un luxe pour lequel les participants n’étaient prêts à payer que pour des parties à gros enjeux. Les gains espérés pouvaient ainsi valoir le coût de l’éclairage. Dans les milieux les plus modestes, il était d’ailleurs courant que les joueurs laissent chacun une petite somme d’argent à l’organisateur, afin de le dédommager pour les chandelles qui avaient été utilisées pendant les parties.

 

 

 

2018  Echos de sa voix  design by  serrurier paris