logotype

 

Il y a un temps pour chaque chose... connaissez-vous ce texte dans Ecclésiaste 3 : Il y a un temps pour naître et un temps pour mourir ; un temps pour planter et un temps pour arracher les plantes...  Il y a un temps pour se taire et un temps pour parler… .

Comme c’est vrai : il y a des temps, des moments où le silence est bon et bienvenu, surtout dans notre monde si bruyant, notre monde informé, surinformés où l’on peine à distinguer entre mensonge et vérité. Se retrouver seul, face à soi, face à Dieu pour vivre des silences qui nous désintoxiquent, des silences qui redonnent du poids à nos vies, qui nous remplissent.

Mais il y a d’autres silences : les silences complices, les silences qui en disent longs, les silences que l’on n’oubliera jamais, inscrits dans nos livres d’histoire et nos mémoires, car ils auront contribué à ce que personne n’aurait voulu ou pu imaginer. Je pense à la Shoah où une multitude du peuple élu périt dans des conditions insoutenables grâce au silence des suiveurs, grâce au silence d’une multitude.

Les souffrances des survivants resteront muettes car trop dures pour être entendues et trop dures pour être dites ou même évoquées par les victimes. Ce silence grandira au fil des ans, il s’imposera aux enfants des victimes comme il s’imposera aux enfants des coupables, ainsi qu’aux petits-enfants… mais il ne fera jamais taire les cris !

Il y a un temps pour se taire, mais il y a aussi un temps pour parler !

Le Seigneur entend les cris des malheureux : Les cris qui fendent le cœur, les cris à peine audibles,  étouffés, les cris que personne n’entendra jamais car restés silencieux. Dieu entend les cris des malheureux en tous lieux sur toute la surface de la terre.

Oui, le Seigneur entend et voit ! Il n’est ni sourd, ni handicapé de la vue : Il a entendu tes cris, ton silence; il a entendu les silences qui t’ont été imposés, il a vu les choses qui t’ont été cachées…

et il désire mettre le poids de sa vérité dans ton existence, te parler et t’apaiser pour remettre le poids de son amour dans ces espaces et non-dit trop vides ou trop pleins qui n’attendent que lui. C’est un chemin,  un chemin qui peut prendre du temps mais devenu possible grâce à celui qui :

S’est laissé maltraiter sans protester, sans rien dire, comme un agneau qu’on mène à la boucherie, à une brebis muette devant ceux qui la tondent (Esaïe verset 53 verset 7).

Il a accepté le Pire Silence qu’il soit donné de vivre, l’Abandon total de son Père : Le ciel même en a été témoin ce jour-là : …. après que Jésus ait été cloué sur la croix, le soleil s’obscurcit et il y eut des ténèbres sur toute la terre ; ceci pendant 3 heures… .

Trois heures pendant lesquelles Jésus endura des souffrances physiques insoutenables,
Trois heures pendant lesquelles il porta les souffrances et les silences de chacune des victimes de cette terre,
Trois heures pendant lesquelles Jésus porta tous les péchés et les silences coupables de chacun d’entre nous ici-bas,
Trois heures au bout desquelles il cria : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »

Le silence du père à l’encontre de son fils bien-aimé a permis que tous nos silences soient percés et brisés, remplis et guéris.  

**************

Il y a un temps pour se taire et un temps pour parler…. Et pour toi ? Le temps est-il venu de parler, le temps est-il venu de briser un silence ?

 

   Si vous souhaitez laisser un commentaire, cliquez sur l'adresse mail suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

2018  Echos de sa voix  design by  serrurier paris