logotype

 

 

Cela fait tellement longtemps que j’ai mal là ! C’est une douleur tout à fait supportable, mais elle me chicane quand même… c’est embêtant. Depuis le début de l’année, elle part, revient, disparaît et réapparaît. Mais ce soir, ça fait trop mal. Mon mari et moi décidons de ne pas en rester là et nous embarquons pour l’hôpital.

Une jeune infirmière passe aux formalités. Elle tape sur son clavier… ma douleur étant diffuse, je peine à répondre de manière exacte à ses questions. Celle-ci ne se cache pas de son impatience… Ouf, enfin fini ! Je passe maintenant à la salle d’attente. Dix minutes plus tard, on m’escorte en salle d’auscultation où je vais passer plus de deux heures seule, deux heures  à attendre. Cette salle s’apparente plutôt à un box fermé ;  l’air y est irrespirable, c’est la canicule ! Un médecin viendra me faire un examen de routine et une prise de sang l’espace d’un instant.

Résultat : pas de signes inquiétants !
Tant mieux mais… j’ai quoi ?
J’ai toujours mal !
Il faudra investiguer plus loin… ou ailleurs et prendre le temps…

 

Ces petits soucis de santé me ramènent à d’autres soucis et interrogations. Il y a des choses que je souhaiterais tellement voir changer rapidement dans ma vie : certains  traits de caractère, mes combats, mes peines…

De nature impatiente et impulsive, une fois que j’ai les réponses à mes questions, j’aime solutionner les choses ASAP (= le plus rapidement possible) que ce soit pour moi ou pour les autres ; j’ai tendance à emprunter les raccourcis en disant les choses franchement et directement par exemple. Malheureusement, je m’en suis bien souvent mordu les doigts …

Mais est-ce la bonne manière de fonctionner que d’être toujours pressé ? Faut-il se conformer à ce monde où tout doit aller vite, et où tout doit changer au quart de tour ?

Comme chantait France Gall, je pense qu’il est parfois « Urgent d’attendre… »

Ces derniers jours, j’ai été tellement apaisée de comprendre avec le cœur que Dieu me prenait telle que j’étais aujourd’hui et non pas comme je pense que je devrais être…

Et j’ai bien envie de me laisser toucher et de me laisser faire par Lui,  telle la terre glaise… me laisser toucher par ses mains douces et fermes qui ne me lâchent pas, qui me forment et me transforment. Et même si je dois tourner en rond, tel un vase sur le tour du potier, je sais qu’il est toujours aux commandes, concentré à me rendre telle qu’il m’avait voulue depuis les temps éternels… pour que je sois toujours plus « vivante » en lui…

Mes pensées ne sont pas vos pensées, vos voies ne sont pas mes voies. Mais n’oublie pas : je fais toute chose belle en son Temps, dans ta vie aussi !

Il est urgent de patienter, il est urgent d’attendre, non pas passivement, d’une manière résignée, mais activement, en nous « attendant » à lui :

De toute mon âme, je compte sur le Seigneur, et j’attends ce qu’il va dire.
Je compte sur le Seigneur plus qu’un garde n’attend le matin ; oui plus qu’on soldat de garde n’attend le matin (Psaume 130 v. 6)

Nos ancêtres ont conquis le pays, et ce n’est pas grâce à leur épée ; ce ne sont pas leurs bras qui leur ont assuré le succès. Mais c’est ton intervention en force, et ta présence accueillante, et ton amour pour eux (Psaume 44 v. 4)

Prenez donc patience, frères, jusqu’à ce que le Seigneur vienne. Voyez comment le cultivateur prend patience en attendant que la terre produise de précieuses récoltes : il sait que les pluies d’automne et de printemps doivent d’abord tomber (Jacques 5 v. 7)

As-tu une urgence ?
Et/ou te trouves-tu actuellement en salle d’attente ?

Tourne tes yeux résolument sur Lui : car Dieu n’est pas un homme pour mentir, il n’est pas un humain pour changer d’opinion. Il n’affirme jamais rien sans tenir parole, ce qu’il promet, il le réalise. Sûr de sûr qu’il tiendra Toutes ses promesses envers toi.

 

Venez découvrir d'autres plumes !

 

 

 

La Rébellution ou la Réb', site écrit par des jeunes qui a pour but d'encourager leurs pairs à vivre pour la gloire de Dieu :

La Rébellution

 

Milvia, messagère de bonnes nouvelles avec son blog :

Nouv'elles

 

  

 

Vendredi soir, j’ai eu une très mauvaise surprise : la tête de ma fille… quand elle m’a dit qu’elle devait avoir des pellicules dans les cheveux, j’aurais bien voulu y croire, mais au ton même de sa voix, j’ai compris qu’elle n’y croyait pas elle-même !

Vautrée sur le canapé, j’ai visualisé en quelques secondes le week-end : achat de produits anti/étouffe poux (le porte-monnaie va de nouveau en prendre un coup), refaire le lit, tout laver, réconforter ma fille sur qui ces bêtes s’acharnent depuis son jeune âge (elle a 17 ans) sans compter toutes les heures qui vont être consacrées à éradiquer les envahisseurs ; on s’en serait bien passé !

Pfff !!!

Me voyant quelque peu malheureuse, ma fille me demande, soucieuse : « Tu ne vas pas pleurer ? »
Je l’ai rassurée sur ma capacité à affronter la chose et j’ai prié en espérant un miracle pour le lendemain. Sa tête était pleine de lentes !

Le lendemain, j’ai voulu croire que le miracle avait eu lieu… sauf que les lentes blanches s’étaient bêtement transformées en poux noirs !!! Des bataillons et des bataillons ont glissé avec l’aide du démêlant. Les cheveux de ma fille ont ensuite passé au peigne fin et enfin sous mes doigts qui ont fait le reste : traquer les derniers résistants.

Au final, qu’avons-nous retiré ma fille et moi de cette petite épreuve ? L’humour aidant, de bons moments d’échange et de complicité, on s’est encouragées et battues ensemble !

**********

Parfois, nous sommes confrontés à des réalités ou des situations dures, choquantes, voire terrifiantes, où il est tellement plus simple de fermer les yeux, se voiler la face. Parfois, par naïveté : « non cette personne n’a pas de si mauvaises intentions à mon égard », par lâcheté : « bah ce n’est pas mon problème », mais bien souvent par peur : « mon Dieu ce n’est pas vrai, j’y crois pas ! ».

Le risque est alors de laisser les difficultés grandir, de laisser quartier libre à l’ennemi, que ce soit pour notre vie personnelle, pour nos proches ou pour des personnes que Dieu a mises sur notre cœur « bah, ça va passer, il faut faire confiance à Dieu… ».

Oui, nous devons nous confier en Dieu, mais parfois, il faut prendre le taureau par les cornes, prendre les problèmes à bras-le-corps… accepter les défis de tout genre que Dieu permet dans nos vies et agir. Oser parler, oser mettre des limites, oser se battre, prendre une décision, prendre rendez-vous chez le médecin, aller voir tel ou telle… la liste est longue. Sans oublier que, dans le sens positif du terme, Dieu ne nous lâche pas d’une semelle. Il est avec nous, il se bat avec nous ; nous faisons notre part, lui fait le reste…

Et c’est bien dans ces défis-là que nous avons le privilège de le voir si proche de nous, de découvrir sa consolation, son soutien, sa protection, sa force, et sa puissance sans limite.


Va avec cette force que tu as, et délivre Israël de la main de Madian ; n’est-ce pas moi qui t’envoie ? (Juges 6 verset 14)

Vous aurez des tribulations, des difficultés dans le monde, mais prenez courage, j’ai vaincu le monde… (Jean 16 verset 33) 

 

 Si vous souhaitez laisser un commentaire, cliquez sur l'adresse mail suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis libre !

Je suis libre de penser, libre de croire, libre de vivre ma vie
Moi, je vois les choses ainsi, je vois le monde comme ça
Pour moi, il n’y a pas d’interdits
Je vis ma vie au gré de mes désirs et envies, je sais me faire plaisir
Il faut savoir profiter, la vie est bien trop courte pour s’embêter
Et ce que les autres pensent de mes choix, vous voyez quoi !

Moi aussi je suis libre !

Libre de créer, d’intervenir, d’interagir
Je vois la vie avec passion
Je vois le monde avec espérance
Je vois chaque vie, chaque homme, chaque femme avec des jumelles bien particulières ; des jumelles qui voient bien au-delà du visible

Je suis libre mais
Je t’aime tant… que je n’ai jamais accepté l’idée d’être séparé de toi à tout jamais
Je t’aime tellement que j’ai décidé de m’écorner
J’ai accepté d’envoyer une partie de moi, mon fils que j’aime depuis les temps éternels, marcher sur ta terre
Il est né, il a grandi, il a vécu, il a travaillé, il a senti, ri. Il a aussi pleuré, il a beaucoup souffert
A 33 ans, il a été crucifié sur une croix parce qu’il avait osé dire qu’il était Fils de Dieu et ça les hommes religieux ne l’ont pas accepté

Et pourtant

Je suis libre, mais je t’aime tant que moi, créateur de l’infiniment petit et de l’infiniment grand, j’ai décidé de te rejoindre pour de vrai en chair et en os pour que tu puisses devenir mon fils, ma fille, et ceci pour toujours

Sur la croix Jésus a absolument tout porté : Tes souffrances, tes péchés ainsi que ceux de chacun ici-bas ; il a payé pour tes fautes qui nous séparent tel un mur, un mur invisible à tes yeux mais pourtant bien réel

Jésus est venu pour te réconcilier avec moi

En ce temps de Noël, ne passe pas à côté de moi comme ça…  Accepte le cadeau que je te fais : Reçois Jésus dans ton cœur. Mon fils est né il y 2017 ans, il  est mort à 33 ans, mais aujourd’hui, il est vivant : Je l’ai ramené moi-même à la vie car je suis plus fort que la mort !

Tu es libre … je t’ai créé et désiré ainsi !

Tu es libre d’accepter mon cadeau, d’accepter Jésus ou pas. Mais laisse-moi juste encore te dire une dernière chose : En te réconciliant avec moi, tu connaîtras la vraie liberté, une liberté jamais expérimentée

Peux-tu juste imaginer ce pour quoi je t’ai créé ?

Je t’aime !
Dieu, Ton Père céleste   

 

 Si vous souhaitez laisser un commentaire, cliquez sur l'adresse mail suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

 

Dans ma vie, il y en a eu des pourquois …

Pour certains, j’ai eu des réponses, pour d’autres des débuts de réponse, pour d’autres, aucune !

Ma vie a ressemblé bien vite à une immense pelote de laine emmêlée où on peine déjà à trouver le fil du début. J’ai donc commencé très jeune à réfléchir, histoire de m’y retrouver, de mettre du sens à mon vécu, d’y voir plus clair pour mieux me positionner, mieux me diriger. Mais comprendre ne suffit pas, loin de là ! La tête peut avancer mais si le cœur ne suit pas, tu ne vas pas très loin, t’es coupé en deux, déconnecté de toi-même.

Après avoir éclairé mon existence et répondu à bien des pourquois de mon intelligence assoiffée de sens, Dieu a permis une succession de circonstances de vie très difficiles, tellement difficiles que ma vie en était devenue invivable. C’était le STOP de Dieu. Plus possible de faire un pas de plus à moins d’un miracle !

Le miracle est survenu. Dieu a su toucher mon cœur et lentement mais sûrement, j’ai enfin pu le  laisser me guider par la chaleur de son cœur.

Aujourd’hui, je suis toujours une personne avide de connaître et d’apprendre. Si je n’ai pas du nouveau grain à moudre, je dépéris ! Et Dieu qui me connaît le sait. Mais j’ai gardé aussi cette tendance à me poser 1000 questions : Il y a des choses que j’aimerais tellement comprendre : Pourquoi cette situation s’éternise-t-elle ? Pourquoi la relation avec ce proche ne peut-elle évoluer ? Pourquoi est-ce que je ressens ceci vis-à-vis de cette personne ? Pourquoi ci et pourquoi ça ? Et avec toutes ces questions, une tendance soit à juger les autres et à en leur vouloir, soit à me remettre éternellement en question et à me malmener… .

Et Dieu qui me connait si bien de me dire : « STOP ! ».

Je suis Dieu, le créateur du monde et de l’univers et rien ne m’échappe ; je connais les tenants et les aboutissants de chaque situation. Je les ai toutes bien en main et je sais quel fils tirer en premier pour les démêler. Je connais les cœurs de chacun, qu’ils m’appartiennent ou pas, ou pas encore. Moi, je sais comment les influencer selon ma volonté. Je sais comment parler à mes enfants, je sais comment les aimer, je sais comment les transformer. J’agis en tous comme je veux et quand je veux.

Laisse-moi faire !

Quant à toi, une seule chose est importante : Fais appel à moi, épanche ton cœur ! Ce que tu ressens compte pour moi et je suis toujours là pour toi. Dépose tes questions sans réponse à la croix. En échange, je veux déposer en toi toute ma persévérance, toute ma force, tout mon amour, toutes mes promesses. Je te donnerai le ticket qui te permettra de faire le prochain trajet dans la joie et dans la paix.


Et de me rappeler les paroles de cet ancien cantique écrit par un inconnu si simples mais tellement belles à vivre :

Vers Jésus lève les yeux,
contemple son visage merveilleux,
et les choses de la terre
pâliront peu à peu,
si tu lèves vers Jésus les yeux

[V1]
Christ est pour moi
un Sauveur admirable,
un conseiller,
un ami merveilleux.
Son nom béni
n’a rien de comparable
sur cette terre
et là-haut dans les cieux.

[V2]
Et si parfois dans mon coeur vient le doute
j'ai un ami qui toujours peut m'aider.
Par sa parole, Il éclaire ma route,
par la prière, moi je peux lui parler

Vers Jésus

lève les yeux !

 

 

 

Si vous souhaitez laisser un commentaire, cliquez sur l'adresse mail suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

 

2018  Echos de sa voix  design by  serrurier paris