logotype

  

Il y a des choses dont je me souviens bien, d’autres pas…

Par exemple, j’ai eu beaucoup de facilité à apprendre les langues étrangères ; je me souviens des prénoms des 4 charmantes sœurs habitant en face de chez nous : Joséphine, Eloïse, Ophélie et Noémie (trop chou non !), des magnifiques paroles de certains cantiques appris quand j’étais enfant (et je me rappelle comme si c’était hier que j’étais à bout de souffle à chaque fin de strophe, tellement on devait chanter haut !)

Pour d’autres, malgré toute ma bonne volonté je suis une véritable passoire !
Combien de fois ai-je demandé à mon mari de me rappeler quel a été l’élément décisif menant à la défaite de l’Allemagne à la fin de la 2ème guerre mondiale ! Ou pourquoi le mois de février finit-il le 28 et une fois sur 4 le 29 ...

Inlassablement, mon cher et tendre m’explique le pourquoi du comment, de A à Z avec tout plein de détails. Il me parle avec passion, ses yeux brillent… et tout me semble alors si simple et logique ! Mais voilà, à peine quelques minutes plus tard, j’ai le sentiment qu’une bonne partie s’est déjà envolée de mon esprit.

Il y a aussi la mémoire touchant plus au cœur, la mémoire vive, qui généralement ne fonctionne que trop bien chez la plupart d’entre nous : La méchante remarque de notre voisine il y a une année, le mauvais coup de notre collègue il y a 2 ans, la trahison d’un ami il y a…

Il y a aussi des histoires qui traumatisent et laissent des cicatrices, mais le temps et le pardon aidant, toutes ces choses finissent par pâlir pour laisser la place à l’Espérance Vivante qui nous habite.

Cette espérance, prenons-en soin, nourrissons-la et pour le faire, comme il est bon de faire appel aux bons souvenirs :

Oui, remémore-toi les belles et bonnes choses reçues de Dieu. Rappelle-toi de tous ses miracles et de toutes les fois qu’il est intervenu en ta faveur. N’oublie pas ses promesses écrites pour toi dans sa Parole. Et si tes hivers se prolongent, n’oublie pas qu’il pense à toi :

Une femme oublie-t-elle l'enfant qu'elle allaite ? Cesse-t-elle d’aimer l’enfant qu’elle a porté ? A supposer qu’elle l’oublie, moi, je ne t’oublie pas : J’ai ton nom gravé sur les paumes de mes mains (Esaïe 49 verset 15)

T’es gravé ! Tu entends, tu comprends ? Gravé c’est gravé !

Souviens-toi aussi de quelle manière et dans quelles circonstances Jésus t’a rencontré, de tout le chemin parcouru avec lui, de sa fidélité, de sa bonté, de toutes les fois où il t’a relevé. Souviens-toi de ses petits clins d’œil, des personnes de valeur qu’il a mises sur ton chemin pour t’accompagner, te toucher, te consoler. Retiens aussi les compliments, les encouragements qui t’ont été adressés…. Ne laisse rien passer.

En lisant la bible, j’ai été impressionnée de voir le nombre de fois où Dieu dit à son peuple : Souviens-toi !

Souvenez-vous de ce que le Seigneur votre Dieu a fait au Pharaon et à toute l’Egypte : Vous avez vu les dures épreuves qu’il leur a infligées, les prodiges extraordinaires  qu’il a accomplis, la force irrésistible par laquelle il vous a fait sortir de ce pays. Eh bien, le Seigneur votre Dieu agira de la même façon à l’égard de toutes les nations dont vous avez peur ! (Deutéronome 7 verset 18-19)

Et du nombre de fois où des hommes et des femmes ont fait appel à Dieu en le priant de se souvenir comme si Dieu pouvait perdre la mémoire !

Seigneur, n’oublie pas ce qui nous est arrivé, regarde et constate comme on nous insulte (Lamentations 5 verset 1)
Seigneur, souviens-toi de David et de toute la peine qu’il s’est donnée (Psaumes 132 verset 1)

Epanche donc ton cœur auprès du Seigneur et n’oublie pas qu’il est le même hier, aujourd’hui, et éternellement et qu’il a mille manières de te sauver encore et encore !

O Dieu, tu m’as instruit dès ma jeunesse, et jusqu’à présent j’annonce tes merveilles.
Maintenant que j’ai les cheveux blancs, ô Dieu, ne m’abandonne pas; alors je pourrai annoncer ton action efficace et vigoureuse aux jeunes et à ceux qui viendront après eux.
O Dieu, ta loyauté est si haute, et tu as fait de si grandes choses ! O Dieu, tu n’as pas ton pareil.
A cause de toi j’ai connu bien des angoisses et des malheurs. Mais tu viendras me rendre la vie; tu viendras me faire remonter des profondeurs de la tombe.
Une nouvelle fois tu me consoleras, tu me rendras mon honneur (Psaumes 71 versets 17 à 21)

Et pour t’encourager encore, je te propose d’écouter ou réécouter la chanson de Philippe Decourroux intitulée : « N'oublie pas »

Bien à toi !

Si vous souhaitez laisser un commentaire, cliquez sur l'adresse mail suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

 

2018  Echos de sa voix  design by  serrurier paris